Editorial Juillet-Août 2011

Posted on 13 juillet 2011

0


uillet 2011


« Le cas clinique n’existe pas » [i]

 

De l’Atlantique à l’Oural, 1550 congressistes se sont déplacés à Bruxelles pour participer au Congrès fondateur de l’Eurofédération de Psychanalyse le 3 et 4 juillet dernier afin de soumettre à la question la santé mentale. Un succès !

Le maître moderne propose aux populations des opérateurs et des moyens pour lui donner la santé mentale mais il faut soulignait Jean-Daniel Matet que « ça passe par chacun »… C’est donc sur fond de condition mortel chez le parlêtre et orienté par ce qui cloche chez un sujet que nous avons pu déployer ce qu’il en est de notre pratique et du discours analytique.

Le thème de ce congrès, La santé mentale existe-t-elle ? soulignait Jacques-Alain Miller nous permettait de faire médiation entre le discours psychanalytique et le discours commun, celui de la masse. Inutile de dire que nous n’y croyons pas, de même, nous en avions déjà la réponse. La santé mentale est une fiction. Notre réponse est : « chacun à son grain de folie ». Les exposés en ont témoigné en désignant le grain de folie du côté de l’analyste. Et c’est, poursuivait J.-A. Miller, une leçon que nous nous sommes donné à nous même, il serait bien de ne pas l’oublier à l’avenir. En psychanalyse, le cas clinique n’existe pas, comme la santé mentale. Exposer un cas c’est une fiction, le résultat d’une objectivité feinte alors que nous sommes impliqués, ne serait-ce que par le transfert. Dans le tableau clinique, nous y sommes. On ne peut défalquer notre présence ni nous rendre aveugle. Comprimer [notre présence], abraser ses particularités, rejoindrait l’universel du désir de l’analyste. Le contrôle sert à cela, laver les scories rémanentes qui interfèrent dans la cure.

 

Et J.-A. Miller de conclure pour ouvrir vers PIPOL VI, donnant ainsi le pendant à la santé mental, recherchant ce qui « fait couple avec la santé mentale », qu’une fois traversé le fantasme, ce qui ne ment pas c’est la jouissance. Le désir est le semblant de la libido. La jouissance est ce qui de la libido est le réel. Cette rencontre mortifie le corps, en détache une partie de la chaîne dont la palpitation anime l’univers mental […] Pour se faire, il faut du temps, sans béquilles, sans l’écran de l’inconscient transférentiel et ses interprétations.

L’inconscient réel ne se déchiffre pas, mais motive le chiffrage symbolique. Le corps ne parle pas, il jouit mais c’est avec ce corps qu’on parle. L’homme parle avec son corps, ce corps qui ne parle pas mais sert à parler. Le corps, moyen de la parole, fait couple avec la santé mentale qui n’existe pas. La chair, le corps de jouissance exclut, conditionne, affole, égare le mental qui voile l’horreur de cette chair, trahit par chaque symptôme, évènement de corps… Ce qui fait couple avec la santé mentale, c’est parler avec son corps.

Voilà ce que pourrait être le prochain thème de travail de PIPOL VI en 2013.

Sur cette conclusion et cet envoi, l’ACF IDF prend ses quartiers d’été mais ce n’est pas sans quelques lectures pour poursuivre notre travail à la rentrée de septembre. Voici quelques jalons.

Cartel à ciel ouvert

Le cartel-séminaire « Noms et nomination » animé par Pascal Pernod, reprendra son travail lors de sa 8ème soirée mi-octobre. Le Congrès de l’AMP du 23 au 27 avril 2012 à Buenos-Aires intitulé L’ordre symbolique au XXIème siècle, sera l’aboutissement de ce séminaire-cartel et des trois cartels constitués à sa suite qui de leur côté sont au travail. Connectez vous au site de l’AMP www.amp.org, vous y trouverez, entre autre, la conférence de J.A. Miller à Comandatuba. Vous pouvez par ailleurs vous inscrire au congrès.

L’express pour la 41ème

Les Journées de l’ECF se dérouleront le 8 et 9 octobre au Palais des congrès à Paris sur la Praxis lacanienne de la psychanalyse, vous pouvez vous inscrire sur www.causefreudienne.org. A lire pour s’y préparer : « la Psychanalyse vraie et la fausse » de Jacques Lacan paru dans les Autres écrits, p. 165-168.

Suite à l’après-midi d’étude préparatoire de juin qui fut un réel succès, Esthela Solano a accepté de réitérer l’exercice pour une seconde après-midi d’étude qui se déroulera à l’Université Chicago le 17 septembre 2011.

Les cartels express poursuivent donc leur travaille fulgurant tout en prenant leur quartier d’été avant un nouveau 1, 2, 3, 4 cartels sur la praxis II.

 

Les fous du théâtre

  • Les Cafés psychanalyse en résidence au ThéâtràChâtillon, nous convie pour la saison 2011-2012 à cinq soirées autour de thème d’actualité. Je vous laisse vous y référer dans notre Courrier. Vous pouvez dores et déjà réserver vos soirées notez déjà que Jean-Claude Milner nous fait l’honneur d’être notre premier invité le 14 octobre autour de la question « Qu’en est-il du plaisir au XXIème siècle ? » à l’appui, son livre Le triple du plaisir, paru chez Verdier en 1997 à lire sur la plage…

L’atelier du crime

  • L’atelier de lecture de textes de Jacques Lacan, Passage à l’acte et criminologie lacanienne, nous présentera sa troisième après-midi d’étude. Nous accueillerons avec joie Dominique Laurent qui sera l’invité de cette scansion du 19 novembre 2011 à l’Université Chicago.

Et n’oubliez pas dans vos bagages, le dernier numéro de Confluents sur les dits autistes comme disait Lacan dans son dernier enseignement, ainsi que le Bibliothèque Confluents titré Hallucinations et passions. Le sinthome, Séminaire XXIII, comme vous le savez, sera à l’honneur de la section clinique Paris-Ile-de-France s’y replonger entre deux bains de mer serait de bon aloi…

Bon été à chacun.

Charles-Henri Crochet
Délégué régional de l’ACF-IdF
chcrochet@free.fr


[i] Miller J.-A., Clôture du 1er congrès de l’Eurofédération, Vers PIPOL VI, 3 juillet 2011, inédit, notes non relues par l’auteur.

Publicités
Posted in: Editorial