OYEZ OYEZ !!

Posted on 3 mai 2011

0


«…un outil, on ne peut plus adéquat, au service de la transmission de la psychanalyse et de son approche au un par un. Chacun s’y engage à la mesure de son désir et de sa propre avancée dans sa cure.»

Charles-Henri Crochet

OYEZ  OYEZ !!

Appel à constitution de cartels express

«…suis-je seul ou pas dans ma relation à la cause analytique ?» JAM

Vers les 41e Journées de l’ECF

 «Praxis lacanienne de la psychanalyse»

les 8 et 9 octobre 2011

au Palais des Congrès, Paris

Lors de son «Je fonde», acte de fondation, Lacan désignait la psychanalyse pure comme étant la praxis et la doctrine de la psychanalyse, qui ne serait autre que la psychanalyse didactique :

«…Pour la raison que toute entreprise personnelle remettra son auteur dans les conditions de critique et de contrôle où tout travail à poursuivre sera soumis dans l’École. Ceci n’implique nullement une hiérarchie la tête en bas, mais une organisation circulaire dont le fonctionnement, facile à programmer, s’affermira à l’expérience. Nous constituons trois sections dont j’assurerai la marche avec deux collaborateurs me secondant pour chacune.

1 – Section de psychanalyse pure, soit praxis et doctrine de la psychanalyse proprement dite, laquelle est et n’est rien d’autre – ce qui sera établi en son lieu – que la psychanalyse didac­tique.

Les problèmes urgents à poser sur toutes les issues de la didactique trouveront ici à se frayer la voie par une confrontation entretenue entre des personnes ayant l’expérience de la didactique et des candidats en formation. Sa raison d’être étant fondée sur ce qu’il n’y a pas à voiler: à savoir le besoin qui résulte des exigences professionnelles chaque fois qu’elles entraînent l’analysé en formation à prendre une responsabilité si peu que ce soit analytique. C’est à l’intérieur de ce problème et comme un cas particulier que doit être situé celui de l’entrée en contrôle. Prélude à définir ce cas sur des critères qui soient autres que de l’impression de tous et du préjugé de chacun. Car on sait que c’est actuellement sa seule loi, quand la violation de la règle impliquée dans l’observance de ses formes est permanente. Dès le départ et en tout cas un contrôle qualifié sera dans ce cadre assuré au praticien en formation dans notre École.

Seront proposés à l’étude ainsi instaurée les traits par où je romps moi-même avec les standards affirmés dans la pratique didactique, ainsi que les effets qu’on impute à mon enseignement sur le cours de mes analyses quand c’est le cas qu’au titre d’élèves mes analysés y assistent. On y in­clura, s’il le faut, les seules impasses à retenir de ma position dans une telle École à savoir celles que l’induction même à quoi vise mon enseignement, engendrerait dans son travail.

Ces études, dont la pointe est la mise en question de la routine établie, seront colligées par le directoire de la section qui veillera aux voies les plus propices à soutenir les effets de leur solli­citation.

Trois sous-sections :

    * Doctrine de la psychanalyse pure.

    * Critique interne de sa praxis comme formation.

    * Contrôle des psychanalystes en formation.

Je pose enfin en principe de doctrine que cette section, la première, comme aussi bien celle dont je dirai au titre 3 la destination, ne s’arrêtera pas en son recrutement à la qualification médicale, la psychanalyse pure n’étant pas en elle-même une technique thérapeutique.»

Jacques-Alain Miller lors de Conférence donnée à Grenade le 27 octobre 1990 lors d’un Sémi­naire du Champ freudien en Andalousie, fait un commentaire de cet extrait et sur le terme de «praxis» utilisé ici par Lacan : «Le terme de praxis appartient à l’époque du marxisme, époque où il y avait un mélange de discours très intéressant. Il y a aussi beaucoup de clins d’œil aux althussériens, par exemple quand il parle d’une praxis de la théorie ou qu’il dit «[…] que le seul nom de Freud, de l’espoir de vérité qu’il conduit, fasse figure à s’affronter au nom de Marx ?…». C’était l’époque où le nom de Marx paraissait être une garantie de quelque chose d’effectif. Un peu plus loin, il dit : «[…] la raison pourquoi échoue le marxisme à rendre compte d’un pouvoir toujours plus démesuré et plus fou quant au politique […] ». Voilà comment on peut commenter le mot praxis.»

Depuis cet acte de fondation, comment pouvons nous alors définir cette «praxis lacanienne»? Quel est encore sont spécificité? Quels ont étés les enseignements que nous avons pu faire sur­gir dans le renouveau de l’ECF à partir tout particulièrement de la cure de chacun, de travail du contrôle et du dispositif de la passe ? A partir de quelle orientation, cette praxis, pratique du singulier, fait maintenir vivante la psychanalyse lacanienne au XXIs où la modernité vorace demande du rapide et du chiffrable ?

«Nous savons que l’analyste de formation lacanienne n’utilise pas ses productions, ni ses forma­tions de l’inconscient comme outil pour la cure. L’analyste de formation lacanienne se situe plu­tôt  du côté d’une fermeture méthodique de l’inconscient. Cela sera théorisé par Lacan lorsqu’il formulera la position de l’analyste en relation à la place de l’objet petit a, ce qui le sépare radicalement du fonctionnement de l’inconscient.» (JAM , in «Le transfert négatif», pag 85)

Pour préparer cet évènement, après les trois dernières Journées qui ont fait place à la surprise et au renouveau du côté du désir de l’analyste… nous vous proposons donc de vous constituer en cartels express et de nous le faire savoir. Les travaux produits pourraient trouver à s’expo­ser, vers le mois de mai, au cours d’une après-midi d’études préparatoire aux Journées, qui serait organisée par l’ACF-IdF, voire, faire naître un argument, un texte à exposer lors de ce temps fort auquel nous convie l’École. Rappelons encore Lacan quand dans son acte de fon­dation, nous signale que «l’enseignement de la psychanalyse ne peut se transmettre d’un sujet à l’autre que par les voies d’un transfert de travail. »

Alors, que se constituent des cartels express « où chacun, du plus novice au plus expérimenté, prend appui sur le moment logique de sa propre cure ou sur ce qui dirige son activité vers l’École ! »*

Mariana ALBA DE LUNA

Déléguée aux cartels pour l’ACF-IdF

-* J-D Matet, « La transmission de la psychanalyse par le cartel », annonce de la soirée de rentrée des cartels 2009.

Advertisements
Posted in: Cartels