Editorial Décembre 2010

Posted on 3 mai 2011

0


Une effervescence prometteuse

Nous approchons du moment où les permutations vont à nouveau intervenir au sein des instances de notre ACF francilienne. J’en profite pour adresser à Liliana Salazar-Redon notre déléguée régionale ainsi qu’à toute son équipe l’expression de ma satisfaction la plus accomplie pour ces deux années écoulées qui ont été marquées par une effervescence sans relâche autant dans la tenue des activités d’étude de la psychanalyse déjà existantes que dans la création de nouveaux lieux d’études et d’événements inédits. Cette effervescence confirme la vivacité des désirs chez les membres et les amis de notre ACF de participer à l’étude et plus encore aujourd’hui à la défense de la psychanalyse  au 21° siècle face au monopole des pratiques techniciennes qui offrent sur le marché du soin des traitements modes d’emploi censés éradiquer les « troubles » d’ordre privé autant que ceux de l’ordre public. Et nous continuerons ensemble à défendre la clinique du sujet face à celle de « l’usager » et à nous maintenir à bonne distance du principe de précaution et de la logique sécuritaire. La communauté de travail avec L’Envers de Paris initialisée par Liliana Salazar-Redon et Marie-Claude Sureau s’est récemment concrétisée par les deux premières manifestations publiques qui ont mobilisé un grand nombre de participants motivés. D’abord le samedi 23 octobre avec la première Après-midi d’études de « L’Atelier de lecture de textes Jacques Lacan » qui a présenté les travaux de ceux qui ont étudié les textes de Lacan sur le cas Aimé et celui des sœurs Papin sous le thème « Personnalités extraordinaires » et assortis d’une conférence de Francesca Biagi-Chai. Ensuite le mercredi 10 novembre avec la première soirée du Cartel-Séminaire (commun à l’ACF-IdF et L’Envers de Paris) qui a pour thème de travail « Les noms et la nomination » et qui avait pour invité Eric laurent intervenant sous le titre « L’impossible nomination : ses semblants, son sinthome ». Cette soirée a mesuré l’intérêt de la question de la nomination dans notre champ au vu de la chasse aux chaises pour y prendre place. Nous ne pouvons que souhaiter bon vent pour ces deux nouvelles initiatives d’ouverture de notre ACF. De son côté le Bureau de ville Seine-Oise nous a conviés à une conversation publique qui s’est tenue à Versailles le mardi 23 novembre avec pour invité Philippe Lacadée qui s’est prêté au débat « Comment tracer une voie possible à l’impossible d’éduquer ? ». Les enseignants et travailleurs sociaux présents dans l’auditoire n’ont pas manqué de rebondir sur les avancées sur les avancées de P. Lacadée et les travaux du CIEN auxquels il a participé. Le succès de la communauté de travail avec l’APCOF, due à l’initiative de « L’Atelier histoire des concepts en clinique » inscrit à l’ACF-IdF s’est confirmé avec la troisième Après-midi d’études qui s’est tenue à Sainte-Anne le samedi 27 novembre sur le thème « Les troubles de l’humeur ». Cette collaboration fructueuse vient s’inscrire dans la voie qui semble se dessiner depuis plusieurs années dans notre ACF francilienne d’un engagement (politique) à défendre la pertinence de la psychiatrie face à son arasement et de promouvoir l’étude des textes fondateurs de la clinique psychiatrique dont la clinique psychanalytique s’est inspirée pour une part. Cet engagement me semble prolonger celui des premiers temps de notre ACF à savoir d’être « le laboratoire du malaise des banlieues ». Donc beaucoup d’effervescence prometteuse, beaucoup d’initiatives inédites qui prennent consistance et le mois de décembre ne manquera pas de nous tenir encore dans la fièvre d’un travail à plusieurs. Dès le mercredi 1er décembre se tiendra rue de Navarin la seconde Soirée d’études du Cartel-Séminaire sur « Les noms et la nomination » avec la participation de Marie-Hélène Blancard qui interviendra sous le titre « Ecriture et nomination : la jouissance de la lettre » et de Karim Bordeau qui interviendra lui sous le titre « Bord et nomination ». Puis sur notre lancée nous nous rendrons à l’Université de Chicago le samedi 4 décembre à partir de 13 heures pour débattre sur le thème « Les exigences de l’objet dans l’art et la clinique ». Vaste programme qui sera animé par Yves-Claude Stavy ainsi que par les cliniciens et les artistes qui ont fait le pari de témoigner de leurs expériences de l’objet. Enfin à l’approche des fêtes de fin d’année, nous sommes invités à venir nous détendre au Théâtre de Châtillon le vendredi 10 décembre à 20h30 précises en assistant au spectacle « Les contes érotiques de Noël » mis en scène par Serge Noyelle puis de participer au débat du Café Psychanalyse qui lui fera suite à partir de 22h30 sur le thème « Fonctions de l’érotique : et l’amour ? ». Notre invitée y sera Clotilde Leguil qui a écrit récemment Les amoureuses. Voyage au bout de la féminité (Editions du Seuil). Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne fin d’année.

José Rambeau

Publicités
Posted in: Actus